Le mot du marin Pierre-Larry


J'aimerais restituer dans ces mots une émotion de l’âme.
Une émotion dont la saveur serait l'humanité. Je suis et j'ai toujours été un auteur du cœur.
Dans ces projets de courses au large, de navigations,  je continue un pèlerinage intérieur, comme un alpiniste qui s’élève et invente son chemin dans une paroi, comme un marin qui navigue par delà l'horizon et choisi sa route sur l’océan. Cela donne de l’épaisseur à l'existence. C'est puissant ce que je vis, c'est sacré. J'entre dans les profondeurs de mon être.
Dans un livre, j'ai lu un jour cette phrase de Dostoïevski : « Nous sommes tous responsables les uns des autres et moi même plus que les autres. »
A l'époque j'ai été touché par cette phrase. Je ressens maintenant que je porte cette phrase en moi, dans mon corps, mon sang.
Je suis heureux de porter ces projet de nature, d'aventure.  J'aimerais montrer d'autres chemins, inspirer des jeunes, faire émerger des rêves, modifier nos comportements individuels et collectifs en faveur de la nature et avant tout faire ressurgir le meilleur en nous. 
Ici à Sète, sur l’océan, en Himalaya ou en haut de l'aiguille du midi, je savoure la liberté et ces atomes de lumières que j'emporte avec moi, dans mon cœur.
Un jour nos sourires en diront plus long que les mots les mieux choisis.


« Il existe une seule grande chose : Voir le grand jour qui se lève et la petite lumière qui remplit le monde. » Kibkarjuk, poète inuit.





«  Il y a toujours dans la nuit une fenêtre éclairé.
Il y a toujours un rêve qui sommeille.
La beauté des arbres, la fraîcheur de l'air, le sommet de la montagne, le rythme de la mer me parlent.
J'aimerais ne jamais fermer mon cœur aux choses que je ressens du plus profond de mon être. »


Avec toute ma gratitude, Pierre-Larry
Top